>
Vous lisez
Loisirs, Pratique, Tourisme

Tourisme : idée sortie pour un week-end hors de Bakou


Idée sortie pour un week-end hors de Bakou

 

On ne se lasse pas des beautés de la ville, ses fortifications, ses places, son front de mer, ses nombreux restaurants… Mais parfois, un bon bol d’air s’impose. Dans quelle direction porter les roues de vos véhicules? Pas d’inquiétude, Bakou francophones a le projet de vous préparer une série d’articles afin d’agrémenter vos journées de repos. Ce premier a été rédigé par Clémentine, qui attend des volontaires pour écrire les prochains (message subliminal…). Petit rappel : si vous recevez cet article par mail, il est toujours bien plus agréable de le lire sur notre site internet directement.

 

 

 » Pour ce premier article, j’ai choisi la région d’Ismayilli. Pourquoi ? Et bien tout d’abord c’est personnellement ma région préférée… Ensuite, elle est située à seulement trois heures de voiture et vous offre de nombreuses possibilités de visites, activités… Enfin, la route vous permettra d’admirer une série de paysages tous aussi variés et majestueux les uns que les autres. Seul point noir : les innombrables radars disséminés tout au long de l’autoroute… Donc, respectez les 90km par heure imposés par le code de la route azerbaïdjanais. Enfin, attention aux cols où les dépassements sont interdits, ce sont les endroits les plus surveillés par la police de la route. »

 

Jour 1 : Bakou/Lahidj

 

Première ville que j’ai visitée hors Bakou, je suis toujours aussi admiratrice de la splendeur de la route pour s’y rendre, du charme pittoresque du village, de la beauté des chemins de randonnée dont elle est le point de départ, bref, Lahidj ne pourra que vous enchanter.

 

Etape 1 : Bakou-Shamakhi

 

Pour ce type de week-end, il est inutile de vous lever aux aurores. Tout dépend de l’heure à laquelle vous voudrez vous restaurer. Rares sont les restaurants avant Shamakhi, ville pour laquelle vous devrez compter deux bonnes heures de route. Sur le chemin, des haltes sont possibles, notamment au mausolée de Diri Baba dans la ville de Maraza.

Ce monument mérite qu’on s’y arrête. Construit en 1402, il est l’objet de nombreuses légendes. Le mausolée fut longtemps vénéré car il contint la tombe du personnage sacré Diri Baba, ermite ou derviche selon les différentes versions. Il aurait vécu dans une cavité de la falaise où se trouve actuellement le mausolée. A la mort du personnage, son corps ne se décomposa pas, d’où l’aura de sainteté que le lieu acquit. L’endroit devint rapidement un lieu de pèlerinage. Simple mausolée ou mosquée funéraire, les avis divergent quand à l’utilisation du monument dans l’histoire.

C’est un petit bijou d’architecture au charme indéniable. Il est construit directement dans la falaise et les escaliers, très raides, sont taillés dans l’épaisseur des murs. Le mausolée à deux étages ne présente qu’une seule façade, les autres côtés se situent à l’intérieur de la roche.

 

 

L’endroit n’est pas du tout indiqué mais est facile à trouver. A Maraza, l’autoroute est coupée par un rond-point. Quittez-la alors, prenez la première à droite et remontez cette rue sur plus ou moins 500 mètres. Vous verrez alors un cimetière sur votre droite, prenez le chemin de terre qui vous y amène, le mausolée se situe de l’autre côté de ce dernier. Vous devrez emprunter le chemin de terre sur quelques centaines de mètres. Une fois sur le site, n’hésitez pas à emprunter les escaliers qui vous mèneront jusqu’au toit du mausolée. C’est un peu dangereux pour les enfants (il n’y a aucune barrière) mais le panorama y est magnifique.

 

Une fois passée Mazara, le paysage se modifiera petit-à-petit, passant d’un aridité digne des plus grands déserts à des collines verdoyantes.  Chacun des paysages que vous rencontrerez sur la route menant à Lahidj vous séduira. Après une grosse demi-heure de route, vous devrez passer les derniers grands cols. Vous y verrez de nombreuses boucheries, âme sensible s’abstenir, les moutons et brebis vivants attendent sagement l’heure de leur trépas parqués devant les échoppes (certains vous répondront, à juste titre, que ces animaux connaissent une mort plus digne que dans nos abattoirs européens…) Shamakhi s’offrira à vous un quart-d’heure après ces fameux cols.

Dans l’ancienne capitale des Shahs de Shirvan maintes fois détruites, plus rien ne subsiste de la période de l’âge d’or du Shirvan. De nombreux tremblements de terre et incursions ennemies ont eu raison des palais et des mosquées. Arrêtez-vous tout de même dans la mosquée Juma au cœur de la ville. Elle est une des, sinon la plus ancienne, mosquée du Caucase et date de 743 de notre ère. Reconstruite au XIIe, XVIIe, XIXe, elle a finalement été incendiée en 1918. Son aspect actuel est l’oeuvre de la restauration ordonnée par le Président Ilham Aliyev en 2009.

 

 

A Shamakhi, un deuxième petit bijou se trouve caché sur le sommet d’une colline, le mausolée aux 7 coupoles. Situé dans un cimetière datant de la fin du XVIIIè siècle, vous pourrez admirer une série de mausolées construits pour abriter les restes de la famille du Khan Mustapha, le dernier Khan de Shamakhi. Seuls trois mausolées sont parfaitement intacts. Le charme de l’ensemble est incroyable et une atmosphère de sérénité se dégage du lieu.

 

 

Une fois tout cela visité, il sera l’heure de vous restaurer. Vous trouverez de nombreux restaurants le long de la route qui relie Shamakhi à Ismayili. Je vous conseille vivement le Sharadil. Une fois dépassée Shamakhi, après 15 minutes de route maximum, vous arriverez sur un rond-point, prenez alors la deuxième sortie en direction du Shamakhi palace. Le restaurant fait partie du complexe hôtelier mais n’est pas situé en son sein. Il vous faudra dépasser l’hôtel de 200 mètres pour le trouver sur votre droite. Le restaurant n’est ni clinquant ni bling bling. Il est décoré dans un style national : tapis traditionnel caucasien, cheminée… L’été vous pourrez manger sur la terrasse, la vue y est splendide. La cuisine est bonne et surtout, le service l’est également, ce qui est à souligner. L’addition est raisonnable pour ce type d’établissement, vous déjeunerez pour 20 à 25 azn par personne (hors boissons alcoolisées). Une autre alternative est d’essayer le restaurant au bord du lac du complexe de Sakit Goyl (5 minutes avant le Shamakhi palace). L’endroit est splendide et ne vous sert que du poisson. Le complexe compte un deuxième restaurant avec une carte plus étendue, mais il n’est pas au bord du lac… Par contre, le service est bien moins bon dans ces deux derniers restaurants.

 

 

Etape 2 : Shamakhi – Lahidj

 

Une fois vos estomacs bien remplis, je vous conseille de vous diriger vers Lahidj par la toute nouvelle route, ouverte cet été 2018. Pour la rejoindre, il vous faudra retourner sur Shamakhi et prendre la direction de l’observatoire astronomique de Pirguli. Rien n’est indiqué, utilisez vos GPS… Vous devrez rouler à peu près 30 minutes depuis Shamakhi pour atteindre ce fameux observatoire. Il m’a impressionnée. Construit en 1963 et toujours en fonctionnement, il mérite qu’on s’y arrête. Vous pouvez le visiter avec un guide obligatoirement. C’est assez intéressant et réveillera l’enfant qui sommeille en vous. Leurs télescopes sont impressionnants et par temps clair, vous pourrez en voir un en fonctionnement tous les soirs à 19h.

 

 

Vous reprendrez ensuite la route en direction de Lahidj. La route est neuve, en bon état et surtout, vous ne croiserez pratiquement personne si ce n’est des troupeaux de vaches et brebis, donc la vitesse est proscrite. Les paysages de montagne que vous pourrez admirer sont exceptionnels. Après 45 minutes à 1 heure de route, vous arriverez à Lahidj, votre arrêt pour le reste de la journée et la nuit.

 

Etape 3 : Lahidj

 

Je vous conseille très très très fortement de choisir la maison d’hôtes de Rustam Rustamov pour dîner et passer la nuit à Lahidj. C’est l’endroit le plus charmant dans lequel il m’a été donné de dormir en Azerbaïdjan et le propriétaire est une personne adorable. Le mieux est de le contacter directement pour réserver votre chambre (plutôt que de passer par le site Booking à qui le propriétaire doit reverser 15% du prix de la chambre…) par téléphone au 050 365 80 49 ou par mail à rustam-48@mail.ru. Monsieur Rustamov a longtemps habité au Canada et est parfaitement anglophone. Rentré en Azerbaïdjan pour sa retraite, il a crée sa maison d’hôte avec des critères occidentaux. La maison est charmante, confortable et sans luxe ostentatoire. Certaines chambres sont équipées de terrasse. Le jardin est enchanteur et s’y trouve une petite aire de jeux pour les enfants tout en bois. Les applications type Waze vous y conduiront, la maison d’hôte y est mentionné sous le nom de Lahij Guesthouse. Vous devrez passer par la route principale du village qui n’est pas goudronnée mais pavée de gros rochers plus ou moins plats. Autant vous dire que vous serez secoués dans votre véhicule. Les enfants s’en amusent en général… Si vous ne trouvez pas, dites « Rustamov » à n’importe quel habitant du village et ils vous indiqueront l’endroit.

Les tarifs des chambres (petit-déjeuner inclus) vont de 80 à 90 azn pour deux personnes. Des lits supplémentaires (15 azn) sont ajoutés à votre demande. Vous pourrez et devez dîner chez monsieur Rustamov. Sa cuisinière est talentueuse et souriante. Vous serez traités comme des rois. Le tarif du dîner est de 20 azn par adulte, 10 azn par enfant, gratuit pour les plus-petits. Des paniers pique-nique peuvent vous être préparés sur demande pour le midi. Tous les produits laitiers qui vous seront servis (du fromage au beurre) sont biologiques et proviennent des fermes environnantes. Le petit-déjeuner est également copieux. Pensez à emporter du liquide avec vous, la guesthouse n’est pas équipée de lecteur de carte bleue. Monsieur Rustamov vous indiquera le départ de magnifiques chemins de randonnée facilement accessibles depuis sa maison.

 

 

Le village de Lahij est charmant mais assez touristique, surtout le dimanche. Mieux vaut le visiter le samedi en fin de journée. Vous y trouverez de nombreuses échoppes d’artisans, le travail du cuivre est la spécialité du village. Un petit musée local peut également se visiter. Si vous randonnez autour du village, mon seul conseil est de ne pas vous approcher des troupeaux, les chiens de berger du Caucase n’ont pas bonne réputation…

 

 

Jour 2 : Lahidj-Bakou (il faut bien rentrer…)

 

Etape 1 : Lahidj-Ivanovka

 

Une fois votre nuit passée dans un calme absolu chez monsieur Rustamov et une fois votre petit-déjeuner ingurgité, il vous faudra reprendre la route.

Prenez la route d’Ismailly, une des routes les plus impressionnantes du pays (avec celle de Khinalig). vous passerez aux bords de magnifiques falaises et longerez une vallée encaissée. La route vient d’être entièrement goudronnée, ce qui est pratique mais lui retire de son charme. Au bout de 20 minutes, vous attendrez un endroit intéressant : un pont suspendu au dessus de la vallée qui permet de relier des villages isolés. Si vous aimez les sensations fortes, je vous conseille de vous y arrêter. On vous demandera de payer 50 kopeks pour le traverser et si le vent est de la partie, vous serrerez les dents… (en passant, notre partenaire Camping Azerbaijan propose une randonnée partant de ce pont pour atteindre les villages isolés). Ensuite, vous reprendrez la route, passerez par des forêts enchantées pour rejoindre la route traditionnelle Shamakhi/Ismaylli. Tournez donc à droite en direction de cette dernière ville. Vous l’atteindrez en 30 minutes approximativement. Pour la suite de la journée, tout dépendra de votre heure de départ de Lahidj.

 

 

Si vous êtes partis après 10h de Lahidj, prenez la direction d’Ivanovka au premier rond-point d’Ismailly (le 3ème sortie). Ce village est peuplé par la minorité ethnique des Molokons et compte le dernier Kolkhoze en fonctionnement de l’Azerbaïdjan. Le temps s’y est donc presque arrêté en 1989… Ils sont les descendants d’une communauté religieuse née en Russie en 1550. Rejetant la hiérarchie religieuse, le culte des icônes, la caractère divin du pouvoir du Tsar, ils subirent de nombreuses persécutions. Dans les années 1830, la Grande Catherine les exila sur les frontières septentrionales de l’Empire et le village fut fondé en 1834 par un certain Yvan Pershin, d’où Ivanovka. Leur nom vient du mot lait en russe, qui se dit moloko. La raison serait qu’il buvaient du lait durant le carême, pratique interdite par l’Eglise orthodoxe. Une autre version dit qu’ils considèrent leur foi comme aussi pure que du lait. On les appelle parfois les Amishs du Caucase. Le village tend à perdre son authenticité au gré des départs de la jeune génération, des maisons sont vendues, des terrains également où de nouveaux venus se font construire des villas à deux étages, jurant ainsi avec l’architecture traditionnelle du village : des maisons en bois de type russe. Les Molokons ne représentent plus que 30% de la population actuelle. Cependant, le village vaut la visite. Serpentez les rues et prenez le temps de flâner.

 

 

Pour finir votre week-end en beauté, vous ne pouvez passer à côté du domaine viticole de Shato Monolit, situé à 20 minutes après Ivanovka (attention aux applications type googlemap qui le situe mal, continuez sur la route principale, ne retournez pas du côté d’Ismailly), dans le village d’Hacihatamli. Le domaine n’est pas aisé à trouver. A l’entrée du village, vous verrez sur votre droite un panneau annonçant le vignoble à l’intersection avec un chemin de terre. Vous devez le prendre sur votre droite et l’emprunter sur 2 à 3 km.

 

 

Ce domaine possède maintenant son hôtel et un restaurant où la cuisine est délicieuse. Si vous réservez à l’avance, ils peuvent vous organiser une visite du vignoble, du chai et des caves, ainsi qu’une dégustation de leur vin qui est commercialisé sous le nom de Chabiant. Le vignoble a été planté en 1982, mais le domaine a été entièrement restauré en 2006. Des vignerons italiens y travaillent afin d’améliorer la qualité de la production. Je vous conseille de privilégier les cépages caucasiens (saperavi, rkatsiteli, madrasa). N’oubliez cependant pas que sur la route, la tolérance zéro concernant la consommation d’alcool est appliquée. Donc, ou vous misez sur la chance, ou vous avez un partenaire, ami… parfait qui accepte de faire le Sam (ou le Bob pour nos amis francophones).

 

 

Si vous êtes partis avant 9h de Lahidj, je vous conseille de pousser jusqu’à Gabala. Une fois arrivés à Ismailly, ne prenez pas la direction d’Ivanovka mais continuez sur la même route. Au bout de 30 à 45 minutes, vous aurez sur votre droite un panneau vous indiquant la direction des chutes d’eau des 7 beautés. Des taxis vous proposeront de vous y emmener, la route n’est pas goudronnée mais elle est bonne, nulle utilité de les utiliser. Vous devrez continuer ce chemin sur une dizaine de kilomètres avant d’attendre le point tant mérité. Il s’agit d’une série de chutes d’eau aménagées pour une balade à pied. C’est assez charmant, nonobstant le côté très touristique en haute saison. N’oubliez pas que vous êtes proches de la station de ski de Gabala et l’été, les touristes y viennent aussi. Cette excursion leur est régulièrement proposée, ne vous attendez donc pas à être seuls sur le site.

 

Si l’envie vous en dit, vous pouvez pousser vers la station de ski de Gabala. Son seul intérêt réside dans le téléphérique qui vous mènera sur les sommets. Les vues sont magnifiques s’il n’y a pas de brouillard. Repartez ensuite en direction d’Ivanovka et continuez le tour proposé. Il y a de nombreux restaurants sur le bord de la route s’il est trop tard pour attendre d’atteindre le Shato Monolit.

 

 

Voilà pour mon idée week-end. Je suis certaine que nombreux sont ceux qui ont des bons plans à partager. Ce site est communautaire et doit être entretenu par tous si nous voulons qu’il vive.

 

Contributrice : Clémentine

 

 

 

 

 

 

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

JW Marriott

Vos activites Bakou Francophones

Bakou.fr sur facebook

Visa et permis de résident

Liste consulaire

Tous les articles

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :