>
Vous lisez
Vie sociale

Zoom culturel : rencontre avec Yelena Haqverdiyeva


Rencontre avec Yelena Haqverdiyeva

.

Yelena dans son atelier

.

Yelena Haqverdiyeva est une artiste azerbaïdjanaise dont les tableaux sont d’une beauté et d’une profondeur sans pareil. Son art reflète une âme pure et sincère. Grâce à l’intermédiaire de notre chère Mina, elle a accepté de nous ouvrir les portes de son atelier lors d’un après-midi de novembre avec bonté et sympathie. Se dévoilant petit à petit, nous n’avons pu que constater le culte qu’elle voue à sa famille peu commune. Elle fait en effet partie d’une lignée où peintres et sculpteurs se succédèrent. Belle-fille, belle-sœur, femme, mère d’artistes, il lui est impossible de parler d’elle sans d’abord leur rendre hommage.

.

Une lignée d’artiste

.

Son beau-père, Ghassan Haqverdiyef, était un peintre dont le départ dans la vie fut marquée au fer rouge par le traumatisme de la seconde guerre mondiale. Envoyé sur le front de l’Est au sein de l’armée soviétique au début de l’opération Barbarossa, il fut capturé en 1941 par la Wehrmacht. Il passa trois années dans des camps de prisonniers, y survivant grâce à sa force de caractère. Mais une fois ces camps libérés par les Soviétiques, les infortunés survivants furent ensuite directement envoyés dans des goulags en Sibérie, considérés comme des ennemis du peuple n’ayant pu défendre leur patrie. Ghassan n’échappa pas à cette pratique et connut le fameux archipel. Au bout de sept années, il fut autorisé à rentrer en Azerbaïdjan. Mais à chaque malheur succède un bonheur, c’est en Sibérie qu’il trouva l’amour et il y épousa la belle Vera Kalinina.

Udjal Haqverdiyev

V

V

De retour, ils s’installèrent à Bakou et il put redevenir ce qu’il était : peintre. Le mariage fut heureux et fécond et 6 enfants naquirent de cette union. Ghassan transmit tout son amour des Arts à ces derniers. 5 d’entre-eux suivirent le chemin tracé par leur père et devinrent artistes.

v

Ali fut ténor à l’Opéra de Bakou, Zemfira enseigna à l’Académie Nationale de musique, Gusein devint peintre, Saïda céramiste (elle habite désormais à Houston aux Etats-Unis), Udjal peintre. Seule Aïda ne suivit pas la trajectoire familiale et embrassa la profession de professeur d’anglais.

,

V

Yelena est issue d’une famille de scientifiques : sa mère était ingénieure et son père médecin. Rien ne la prédestinait à devenir artiste, hormis son âme. Depuis l’enfance, ses parents se rendirent compte qu’elle jouissait d’une sensibilité peu commune. Ils acceptèrent qu’elle intègre l’Académie des Beaux-Arts de Bakou, et c’est là qu’elle rencontra son futur mari au début des années 80. Il s’agissait d’Udjal Haqverdiyef, le fils de Ghassan, dont le prénom signifie « envole-toi vers les nuages ». Elle tomba d’abord littéralement en amour devant les œuvres de ce dernier avant de succomber aux charmes de la personne.

v

Deux tableaux peints par Udjal Haqverdiyev

v

v

Homme charismatique, sa beauté et son talent étaient irrésistibles. Artiste accompli, il ne se déplaçait jamais sans son carnet de croquis qu’il noircissait sans relâche. Durant la décennie post-indépendance des années 1990, il était difficile de se procurer ne serait-ce que du papier. Il utilisait alors les feuilles plusieurs fois, usant et abusant des versos. Son talent lui permit de traverser les frontières et il fut exposé en Russie, en Autriche et en France, à Avignon notamment.

v

Udjal, Yelena et leur équipe – église Michaël Archange

v

Yelena et lui partageaient le même atelier, s’influençant mutuellement. Ils travaillèrent ensemble, de 2000 à 2004, à la création des fresques qui ornent désormais les murs et les plafonds d’une partie des salles du rez-de-chaussée de l’église orthodoxe de l’archange Michaël à Bakou. Ils y consacrèrent quatre années de leur vie, donnant vie à une œuvre extraordinaire que vous pouvez admirer à loisir en vous rendant dans ledit édifice religieux. Le rêve d’Udjal avait toujours été de toucher au sacré à travers la pratique de son art. Désormais décédé, Udjal continue d’influencer la vie et la pratique artistique de Yelena.

v

v

Voici une série de photographies des fresques réalisées par Udjal, Yelena et leur équipe :

v

v

La pratique artistique de Yelena

v

Yelena est une femme discrète qui ne se met pas facilement en avant. Il aura fallu insister pour qu’elle accepte de parler d’elle et de son art.

v

La Musique

v

 

D’où vient votre vocation ?

Je suis née avec une âme d’artiste, il n’y a pas d’explication, c’était mon destin. Mes parents n’ont pu que s’incliner devant cet état de fait.

c

Quelles sont vos influences ?

Chaque artiste est composé de différentes influences. Tout peut être une source, je peux attraper chaque particule autour de moi et m’en servir dans mon art.

c

Reflet

c

Il existe des thèmes puissants dans vos œuvres comme l’amour, la femme ou la nature, pouvez-vous nous en dire plus ?

Je n’ai que trois thèmes importants dans mes œuvres : l’amour, l’amour et encore l’amour. Tout vient de là !

v

Quel est votre processus de création ?

Quand je commence une peinture, j’entre entièrement dans un processus artistique dont je ne peux plus sortir tant que l’œuvre n’est pas achevée. Je me trouve dans un état en dehors du temps. Je commence par réaliser une esquisse. Mais entre ce premier jet et le produit final, tout peut changer. Souvent, je me recule et je regarde mon oeuvre, j’analyse et je poursuis.

v

Votre pratique artistique a-t-elle évolué avec le temps ?

Complètement et j’en suis fière. Mes pratiques ont évolué avec moi. Dorénavant, quand je peins, je me fixe comme objectif une exposition, cela me donne un but. Puis, petit à petit, je dépasse cette barrière et mon processus de création s’emballe. J’analyse en permanence mes œuvres pour éviter de me répéter.

v

Paseo

v

De quelles œuvres êtes-vous la plus attachée ?

Je ne m’attache pas à mes propres œuvres. Mon défunt mari était ainsi et il m’a influencée. Pour aider un ami, il était capable de vendre un de ses tableaux sans hésitation. Pour lui, l’homme était plus important que l’œuvre. Par contre, je suis attachée à tous les tableaux d’Udjal. J’en connais chaque détail. J’ai du en vendre quelques-uns pour acheter un atelier pour mon fils qui est sculpteur, ça a été très difficile.

v

La femme inconnue

v

v

 

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

JW Marriott

Vos activites Bakou Francophones

Bakou.fr sur facebook

Visa et permis de résident

Liste consulaire

Tous les articles

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :